Une réflexion au sujet de « La forme d’une ville / Change plus vite, hélas ! que le cœur d’un mortel »